Partagez | .

les origines

avatar
Grand maître de Mackaelah
Messages : 228
Date d'inscription : 15/04/2012

DOSSIER DE MACKAELAH
ÂGE APPARENTE:
PEURS:
DIVERS:
MessageSujet: les origines Dim 24 Juin - 9:27

MACKAELAH
Les origines



Ces terres, à l'origine, portaient le nom de Bois Rosae.

C'était au temps des colons. Arrivés d'Europe, les premiers habitants étaient français. La petite colonie, alors minuscule, s'établit au coeur de cette forêt, entre ces grands bayous. Au centre de ces braves gens se tenaient un homme riche, un homme de puissance : Renier de Bois de Boulogne et sa femme, Aude.

Ce dernier bâtit alors son empire, fondant au nord de la colonie une immense plantation de canne à sucre et il y bâtit son domaine, une maison immense qu'il nomma le Manoir Bois Rosae. Et il fut prospère, devant Dieu, faisant des affaires avec les autres colonies émergentes, commerçant même avec les Anglais, amenant dorure et prestige sur les gens de sa communauté qui l'adorait et qui l'adulait. La belle grande Amérique! Si dure, si douce, si prospère. Le Nouveau Monde était somptueux.

Cependant, cette vie de rêve était à double tranchant. Alors qu'on récoltait l'or et l'argent des cultivations, on en oubliait ses cultivateurs, qui, eux, n'avait autre réconfort que leur propre misère. Des esclaves, oui, des Antillais, des noirs comme ils disaient, importés en sol américain par de grands bateaux et vendu au plus offrant. Renier en avait des tas... Il en avait tant que lui et sa femme ne s'activaient plus à aucune lourde tâche. Non seulement on cultivait pour eux, mais on leur préparait les meilleurs mets et on faisait pour eux les tâches ménagères. Des nounous allaitaient même les enfants. Oh, il n'y avait pas de quoi en être choqués, du moins lorsqu'on était blanc. C'était alors chose courante...

Parmi eux se trouvait Yvette. Yvette était une jeune femme, une jeune antillaise à l'aube de la vingtaine. Adolescente, c'est Renier de Bois de Boulogne qui en fut l'acquisition, l'achetant à un prix d'or aux propriétaires de ses parents. Non seulement était elle grande, forte et endurante, elle était jeune et d'une terrible beauté. Aussitôt, l'homme tomba sous son charme. Et c'est la nuit venue que parfois, il l'amenait dans une grange et prenait son pied...

La jeune femme était cependant forte, et terriblement courageuse. Consciente cependant de sa situation peu enviable, elle se contenta, pour le moment, de prier le "Bondye" (Bon Dieu), comme ses soeurs esclaves lui avaient conseillé de le faire. Armée d'un chapelet de paysan qu'elle avait en permanence autour du cou, caché entre ses seins lorsque'elle travaillait, elle se raccrochait aux espoirs qu'un jour, on répondrait à ses prières. Elle sentait avec toute la force de son âme qu'on l'écoutait. Elle savait que quelqu'un quelque part l'entendait, même lorsque rien n'était dit à haute voix.

Cependant, la vie était cruelle, et l'homme, encore plus. À l'aurore d'un matin particulièrement chaud, ce sont les cris de Aude de Bois de Boulogne qui réveillèrent Yvette et ses soeurs. Rapidement, l'esclave fut trainée sur le sol hors des habitations. On ordonna aux esclaves mâles présents de la retenir et devant elle se dressa la silhouette de la première dame, furibonde, les yeux injectés de sang, armée d'un grand bâton taillé...

Cette dernière avait sus que son mari s'était épris de l'esclave. Incapable de déchargé sa jalousie sur l'homme qui lui avait fait ses enfants, elle se défoula alors sur l'impure créature qui avait amené son mari dans le péché. Et elle la défigure complètement, lui arrachant son beau visage d'ange.

Laissée à guérir seule au fond d'une des granges ou elle logeait avec ses frères et soeurs, Yvette était trop blessée pour versé une seule larme. Tout ce qui trahissait son sa douleur était la force avec laquelle sa petite main retenait le chapelet de paysan... celui qu'elle avait toujours autour du cou. Ses lèvres ne remuaient pas, mais dans sa tête, elle hurlait. Pourquoi? Comment? Oh, Bondye! Envoie-moi un signe! Pourquoi un de tes anges, un de tes lwa, n'est-il pas venu arrêter la main de cette femme alors qu'elle tenait le bâton? Tu as bien retenu Abraham... alors pourquoi pas mon bourreau?

Et c'est alors qu'il apparut.

La silhouette était androgyne, presque diaphane. Le visage .était doux, mais si flou qu'on ne distinguait presque pas ses yeux. Il était cependant si blanc et si brillant qu'il ne fit aucun doute : devant elle se trouvait un ange, un lwa.

L'apparition se présenta sous le nom de Mackaelah. Il tendit ensuite sa main vers elle, la rassurant. Elle pouvais maintenant cessé son tumulte intérieur et lâché sin chapelet. Son voeu était entendu. Si elle le voulait, maintenant, elle n'avait qu'un seul geste à faire et la colère des cieux viendrait laver les pécheurs de leurs péchés.

Et elle accepta.

Quelque temps plus tard, une épidémie mortelle frappa le conté. Beaucoup de gens de Bois Rosae tombèrent malades, et ce sont les esclaves, surtout ceux du manoir et de la plantation de Renier Bois de Boulogne, qui succombèrent. Devant la ruine et la désolation, Aude poussa son mari en bas d'une fenêtre de la grande chambre des maîtres du troisième étage. Elle se suicida ensuite, usant d'un des pistolets de son mari. Ses enfants eux, disparurent.

Lorsqu'elle se tint debout entourée de la désolation, Yvette voulut mourir. Pourquoi tant de mal? Avait-elle cru voir un ange alors qu'il s'agissait du Diable? "Non", lui répondit aussitôt Mackaelah. "Tu as simplement purifié cet endroit. Il est tien, à présent."

Apathique, elle s'installa alors au domaine, qu'elle renomma Mackaelah. Les gens du village l'évitaient, l'accusant d'avoir tué tous ces gens, d'avoir usé de la magie voodoo pour créer la maladie. Yvette se retrouva seule... et malgré sa pauvreté et ses blessures, guéris. Tous les matins, elle trouva de la nourriture sur la grande table. Même en refusant de manger, elle ne mourra pas. Elle finit par devenir une partie du domaine.

Pendant ce temps, le monde évoluait à l'extérieur. Et les siècles passèrent...

Voir le profil de l'utilisateur http://mackaelah.forum-canada.com
avatar
Grand maître de Mackaelah
Messages : 228
Date d'inscription : 15/04/2012

DOSSIER DE MACKAELAH
ÂGE APPARENTE:
PEURS:
DIVERS:
MessageSujet: Re: les origines Dim 11 Nov - 21:47

MACKAELAH
Informations importantes


  • Yvette est considérée comme la fondatrice du Domaine de Mackaelah
  • Des premiers habitants à être ensuite arrivés, et piégés, aucun ne survécut, jusqu'à Aleister
  • Yvette refusa, et refuse toujours de faire le moindre mal aux gens. Elle refusa aussi de devenir la maîtresse du manoir
  • Le maître actuel du domaine est Aleister, et parfois, c'est Mackaelah lui-même qui habite son corps
  • Mackaelah n'est ni un ange ni un démon, c'est un "lwa", un esprit ancien voodoo qui sert de lien entre les mortels et Dieu (le Bondye). Il est chaotique, oui, mais il ne fait ni le "bien", ni le "mal"
  • En piégeant ses "invités", le manoir cherche à peuplé ses terres, et ainsi, rendre Yvette et ses protégés plus heureux<
  • Le domaine est vivant : c'est en fait l'esprit de Mackaelah lui-même qui s'y diffuse. N'étant que pure énergie, il est partout et nulle part en même temps, sauf lorsqu'il s'incarne
  • L'histoire plus haut est la seule vraie histoire du domaine. Elle est aussi en grande partie inconnue (ou mal interpréter) par la plus par des villageois
  • Les gens venus d'ailleurs (hors du conté) ne connaissent pas cette légende. Il est aussi rare d'entendre parler de Mackaelah, qui est un domaine "hanté" moins connu que les maisons de Rose Red et d'Amytiville, par exemple.

Voir le profil de l'utilisateur http://mackaelah.forum-canada.com
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Suivre ses origines
» Quand les origines refont surfaces
» Guildes (La quête des origines et Eldorado)
» Vos origines
» Vidéos - Pokémon: Les Origines.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine Mackaelah :: + L'entrée du domaine + :: Contexte et règlement :: Ce que vous devez savoir-